Et si les crises sanitaires s’accompagnaient d’inclusivité ?

C’est du moins ce qu’imagine l’Agefiph. Dans un article du média Usbek & Rica, l'association se projette en 2050 dans une société ayant subi plusieurs crises sanitaires et s’étant ouverte au handicap pour plus de respect et d’inclusivité.

L’article explore notamment le développement du télétravail et l’amélioration et l’agrandissement des logements mais aussi la démocratisation des imprimantes 3D permettant de produire des équipements personnalisés aux frais de conception réduits.

Finalement, de nombreux paragraphes sont consacrés à la mobilité. En voici quelques extraits :

« Pour développer l’accessibilité des villes, problématique devenue prioritaire pour toutes les municipalités, la mixité urbaine a été repensée à l’échelle du quartier. Commerces, salle de sport, lieux culturels… Chaque habitant peut dorénavant trouver tout ce dont il a besoin dans un rayon de 5 km. Les circuits courts sont la règle. »

 « Les distances étant plus courtes et les trajets domicile-travail plus rares, les mobilités douces ont remplacé la voiture. Les tapis roulants, les voies de vélos et les couloirs dédiés aux modules robotiques permettant de se déplacer aussi bien debout qu’assis, comme le Gyrolift , ont investi les rues. »

Envie de vous projeter dans un monde où le handicap est vu comme une richesse, une source de créativité et d’innovation ? C’est par ici https://usbeketrica.com/fr/article/2050-les-crises-sanitaires-vecteurs-d-inclusion

Merci Agefiph pour cet article empli d’espoir.