Droits des femmes

Ce lundi 8 novembre 2021, les Ministres Christie Morreale et Antonios Antoniadis, passent officiellement le relais de la co-présidence de la Conférence interministérielle « Droits des femmes » à la Fédération Wallonie-Bruxelles.

L’occasion de faire le bilan de 10 mois de travaux et de revenir sur les engagements par les entités.

Durant l’année 2021, les différents Ministres actifs au sein de cette structure ont pris plusieurs engagements déclinant un objectif commun : donner un coup d’accélérateur pour faire progresser les droits des femmes ! Ils ont principalement axé leurs travaux sur la lutte contre les violences faites aux femmes et la représentation équilibrée hommes-femmes dans les différents secteurs professionnels…avec des avancées concrètes à la clé.

 

Ainsi aujourd’hui, en matière de lutte contre les violences faites aux femmes, les mesures suivantes sont notamment en cours de concrétisation :

 

  • Les opérateurs de transports que sont la SNCB, la STIB et les TEC se sont engagés à visibiliser, gratuitement et de manière récurrente, les numéros d’écoute à travers leurs espaces de publicité ;
  • La procédure est en cours pour octroyer la gratuité des coûts d’exploitation, des lignes d’écoute à destination des victimes de violences conjugales et sexuelles, tant pour les victimes que pour les opérateurs qui les portent ;
  • Comeos, la fédération professionnelle qui représente le commerce et les services belges, a donné son accord de principe pour participer à la promotion des numéros d’écoute pour les victimes de violences conjugales via la grande distribution.

« Dans un contexte de recrudescence des violences faites aux femmes durant la crise sanitaire, il était essentiel de prendre des mesures supplémentaires pour aider les victimes à sortir de leur isolement en impulsant une dynamique avec des acteurs disposés à s’engager dans ce combat » soulignent les Ministres Morreale et Antoniadis.  

Des actions concrètes ont également pu être dégagées sur le plan de l’égalité hommes-femmes au travail, au niveau de l’orientation professionnelle et de la formation, dont notamment :

  • Le futur recrutement de coachs sectoriels en emploi pour mettre en place, avec les secteurs d’activités, des actions visant à promouvoir l'inclusion et la non-discrimination des femmes dans tous les métiers ;
  • La diffusion d’offres d’emploi neutres en matière de genre via l’utilisation d’un mot épicène et en indiquant les mentions (H-F-X) ;
  • La garantie d’une représentation égalitaire et active des femmes dans les campagnes de communication « emploi-économie » soutenues par les pouvoirs publics. Il sera notamment veillé à ce que les femmes ne soient pas représentées dans une position de subordination. Les « success stories » de femmes seront aussi valorisées.

Pour les Ministres Christie Morreale et Antonios Antoniadis : « La ségrégation horizontale du marché du travail, c’est-à-dire le fait de trouver des proportions très différentes de femmes et d’hommes dans certains secteurs d'activité, est vectrice d’inégalité et source d’un véritable problème économique aujourd’hui. Au vu des enjeux liés à la pénurie de main d’œuvre dans certains secteurs, il est essentiel de mettre sur pied de nouvelles stratégies d’intégration des femmes dans les métiers en pénurie et d’avenir, de manière à lutter contre les nombreux freins qui les empêchent d’y accéder ».

Ces nouvelles séries d’actions adoptées par la CIM « Droits des femmes » viennent aujourd’hui compléter celles déjà prises en juin dernier, telles que le développement de projets pilotes pour lutter contre la précarité menstruelle ou la création d’une plate-forme unique d’information pour les victimes de cyberharcèlement sexiste.

Elles continueront également à alimenter la suite du travail entrepris entre les Ministres durant les prochains mois où la Fédération Wallonie-Bruxelles, représentée par la Ministre Bénédicte Linard, reprendra la présidence de la CIM « Droits des femmes ». Les priorités de travail seront axées sur la lutte contre le sexisme dans la publicité ainsi que sur le soutien aux familles monoparentales.