Reconnaissance des aidants proches:

Un texte fondamental pour les personnes handicapées adopté en Commission

18/03/2014

Philippe COURARD, Secrétaire d’Etat aux Affaire sociales et aux Personnes handicapées, a présenté ce mardi matin en Commission des Affaires sociales de la Chambre un texte fondamental pour les personnes en situation de handicap : le projet de loi relatif à la reconnaissance des aidants proches.

Ce texte, adopté à la quasi-unanimité, s’attache à définir la notion d’aidant proche au niveau fédéral. Les aidants proches sont des personnes qui se dévouent corps et âme à leur proche malade ou handicapé qui est en situation de grande dépendance, sans bénéficier, jusqu’à ce jour, d’aucune reconnaissance juridiquement établie.

Pour remédier à cette situation, il était indispensable de s’accorder avant tout sur la composition de ce groupe. Résultat d’une concertation étroite avec le secteur, la définition adoptée aujourd’hui[1] est le premier pas vers la reconnaissance sociale, puis vers une véritable protection sociale des aidants proches.

Les personnes en situation de grande dépendance représentent un peu plus de 4% de la population. Et le vieillissement de la population va plus que probablement faire évoluer ce chiffre à la hausse dans les années à venir.
« Ce dossier est sans aucun doute l’un des chantiers les plus importants que j’ai menés sous cette législature. Il est fondamental pour les personnes en situation de handicap. Le processus parlementaire entamé aujourd’hui permet raisonnablement de penser que la loi relative à la reconnaissance des aidants proches sera votée, comme je l’espérais, avant la fin de cette législature. Je me réjouis de voir ce projet, mené de bout en bout en collaboration étroite avec le secteur des aidants proches, en voie d’aboutir », a commenté Philippe Courard.

Cette reconnaissance, si elle est essentielle et naturelle, n’entend cependant pas se substituer aux politiques développées par toutes les autorités publiques, à quelque niveau de pouvoir que ce soit. Les services, notamment d’accueil, d’aide et d’assistance aux personnes handicapées, doivent évidemment continuer à être développés. Grâce à la reconnaissance du statut d’aidant proche, il s’agit d’offrir un maximum de solutions, différentes et complémentaires, aux personnes concernées, en fonction de leurs besoins et de leur choix de vie.

[1] Définition : l’aidant proche est la personne qui apporte une aide et un soutien continu et régulier à la personne aidée. Elle doit être majeure ou mineure émancipée, être une personne ayant développé une relation de confiance et de proximité avec la personne aidée. L’aidant proche doit exercer le soutien et l’aide à titre non professionnel, d’une manière gratuite et avec le concours d’au moins un intervenant professionnel. Par personne aidée, un ou plusieurs aidant(s) proche(s) peut introduire une demande de reconnaissance auprès de sa mutuelle, avec l’accord de la personne aidée ou de son représentant légal.