Le Gouvernement de Wallonie adopte son « Plan égalité hommes-femmes » pour la législature

Dans le cadre de sa feuille de route de législature, le Gouvernement de Wallonie s’est engagé à lutter contre toute forme de discrimination et à intégrer l’égalité des genres dans l’ensemble des politiques régionales.

Publié le 04/03/2021
A l’initiative de la Vice-Présidente et Ministre des Droits des femmes, Christie Morreale, le gouvernement franchit un pas important aujourd’hui en adoptant son plan transversal « Egalité hommes-femmes » 2020-2024.

Inégalités encore prégnantes.

Les inégalités entre femmes et hommes restent prégnantes dans tous les secteurs de la vie. Ainsi, dans la sphère professionnelle, les femmes sont souvent orientées vers les secteurs les plus précaires et les moins rémunérés, sans parler des discriminations liées à l’accessibilité aux postes à responsabilité ou encore du sexisme sur leur lieu de travail.
Dans la vie privée, les femmes consacrent encore en moyenne 11 heures de plus par semaine aux tâches ménagères ainsi qu’aux soins et à l’éducation des enfants, et sont très majoritaires à adopter des temps partiels pour mieux concilier vie privée et vie professionnelle.

L’égalité hommes-femmes à chaque étage de la « maison Région ».

Sous l’impulsion de la Ministre des Droits des femmes, l’ensemble des Ministres du Gouvernement de Wallonie s’est engagé dans chacune de leur compétences à réduire les inégalités entre les hommes et les femmes. Au total, 44 mesures se retrouvent dans ce plan « Genre » qui sera mis en œuvre d’ici la fin de la législature. Parmi celles-ci, figurent notamment :

L’accès à la gratuité des protections périodiques pour les personnes vulnérables à travers la mise en place de projets pilotes qui permettront la distribution de protections par exemple dans les centres de planning familial, les maisons d’accueil ou encore les maisons médicales.

Un recrutement de davantage de conductrices de transports en commun en agissant principalement sur l’image du métier de conducteur au sein de la population et le manque de sanitaires pour les femmes durant l’exercice de leur activité.

Le soutien aux cheffes de famille monoparentale qui sont à plus de 80% des femmes, inscrit-e-s dans une démarche active d’insertion socioprofessionnelle, en intervenant dans le coût de l’accueil des enfants des chercheur·euse·s d’emploi.

Une meilleure visibilité des entreprises pilotées par les femmes, une valorisation de l’implication des femmes dans le secteur agricole ainsi que dans les métiers techniques, technologiques et scientifiques (STEM).

Le développement du « gender budgeting » pourintégrer la dimension égalité hommes-femmes dans le cycle budgétaire de manière à pouvoir contrôler l’affectation des dépenses.

La mise en œuvre d’une sensibilisation au genre en matière de Patrimoine. L’objectif est de promouvoir l’artisanat et les métiers du patrimoine au féminin, qui dans l’imagination collective sont traditionnellement représentés par des hommes. Des actions de communication et des expositions seront régulièrement organisées. En 2021, les Journées du Patrimoine seront consacrées au Matrimoine et mettront en exergue les femmes qui contribuent à notre patrimoine wallon, hier comme aujourd’hui. Elles constitueront le début de cette opération de sensibilisation.

La promotion de la féminisation des noms de rue au sein des communes et provinces et l’augmentation du nombre de logements publics, notamment pour les femmes en situation de vulnérabilité ou victimes de violences.

L'intégration du genre dans le biomonitoring wallon pour pouvoir mesurer et comparer l’impact de polluants comme les perturbateurs endocriniens sur la santé des femmes et des hommes.

L’information et la sensibilisation des patientes et des practicien·ne·s aux symptômes et maladies spécifiques des femmes, encore trop souvent méconnus ainsi qu’aux maltraitances gynécologiques et obstétricales