Webipairs 3: Aides techniques

Lors de notre troisième Webipairs, nous avons abordé la question des aides techniques et du handicap.

Nous avons débuté la réunion en clarifiant la définition d’aides technique en s’accordant sur une seule et même définition, celle présente sur notre site internet: Les aides techniques « sont tout instrument, équipement ou système technique adapté ou spécialement conçu pour compenser une limitation d’activité rencontrée par une personne du fait de son handicap, acquis ou loué par la personne handicapée [et/ou les personnes âgées] pour son usage personnel ». 


Nous avons posé dix questions aux participant.e.s présent.e.s : 

  1. Quelles sont vos aides techniques au quotidien ?
  2. Quels sont vos besoins ?
  3. Quels pièges éviter ?
  4. Quels conseils donneriez-vous à quiconque souhaite passer à l’acte d’achat ?
  5. Êtes-vous, selon vous, assez informé.e.s ?
  6. Que pensez-vous du service après vente ?
  7. De quelles aides au financement disposez-vous ?
  8. Quid de la législation ?
  9. Où chercher de l'aide ?
  10. Considérez-vous l’après aides techniques ?

Ces 10 questions ont rythmé la discussion et ont mené aux constatations suivantes: 

5 types d’aides ont été mentionnées : aides à la mobilité, aides à l'adaptation du domicile, aides liées à la domotique, aides à la communication et aides au repas. L’aide technique liée à la domotique est récente et amène plus de sécurité. Malheureusement, elle n’est pas encore rentrée dans les mœurs et bénéficie plus difficilement d’une intervention financière. 

Les besoins des participant.e.s présent.e.s sont clairs. Premièrement, ils souhaitent des prestataires qui ont de l'expérience et qui sont à l’écoute des besoins de la personne en demande d’aide technique. Ils.elles souhaitent aussi un arrêt de la médicalisation de l'aide technique lorsque celle-ci remplit des besoins élémentaires. Ils.elles prônent également l'individualisation en défaveur de la standardisation. Actuellement, les personnes en situation de handicap doivent s’adapter au produit et non l’inverse ! Nos participant.e.s ne souhaitent plus être regardé.e.s de travers lorsqu’ils.elles demandent une adaptation.

Un point essentiel abordé lors de la discussion est la confusion de plus en plus commune entre les mutuelles et les bandagistes. En effet, personne ne réagit au fait que les mutuelles se mettent à vendre des Aides Techniques or il y a un réel conflit d'intérêt.

Nous avons également défini la notion de surcoût.  Cette notion peut être utilisée pour justifier l’octroi de subsides. Il y a un surcoût devant la loi si il y a, à la fois, un lien de causalité avec le handicap et qu’on est sur un besoin de l’ordre de l’indispensable et non du confort. Malgré la pénibilité d’une affaire traînée devant la justice, Autonomia conseille de militer pour ses droits, ne pas se laisser faire et surtout de bien s’entourer s’il y a un manque d’argent et d’énergie. L’arrêt Angelo (du nom du fondateur d’autonomia), annulant l’Arrêté du Gouvernement wallon du 11 juin 2015 relatif à l’Aide individuelle à l’intégration, suite à un recours au Conseil d’État, est un bel exemple offrant de l’espoir. 

De ce webinaires, nous ressortons avec le sentiment d’un manque d’informations quant aux aides techniques. Ils.elles précisent même: “un manque d’informations objectives de la part des professionnel.le.s”. Nos participant.e.s mettent en garde les novices des aides techniques: “Soyez informé.e.s pour ne pas être arnaqué.e.s. Identifiez les intérêts du/de la spécialiste vendant son produit.  Faites vos propres recherches et arrivez devant le/la prestataire en connaissant votre sujet !”. Cléon Angelo, fondateur d’Autonomia, s’est d’ailleurs exclamé: « Nos greniers sont remplis d'aides techniques qui nous ont été mal conseillées ».

Pour information, il existe 4 banques de données indispensables lors de la recherche d’aides techniques.

Nous avons clôturé la réunion en rappelant l’importance d’être solidaire et responsable pour le monde de demain. En effet, ne jetez pas les aides techniques dont vous n’avez plus besoin et faites-en bénéficier ceux qui n’y ont pas droit. Ligue belge de la Sclérose en plaques et l’ABMM recyclent et redistribuent (voir louent) vos anciennes aides techniques.

Nous sommes persuadé.e.s que l’intelligence collective nous emmène au-delà de nos limites et de nos perceptions du réel et nous vous remercions pour cet échange riche.