Résolution concernant l'autisme adoptée à l'unanimité au Parlement francophone bruxellois

En date du 26 avril 2019, ce texte a été adopté à l'unanimité par le Parlement francophone bruxellois !

Résolution concernant l'autisme adoptée à l'unanimité au Parlement francophone bruxellois

Voici en substance la résolution : 

 

PROPOSITION DE RÉSOLUTION

pour une prise en charge adaptée des personnes atteintes du trouble du spectre de l’autisme et un soutien renforcé de leurs proches

Préambule

Le Parlement francophone bruxellois,

  1. VulaConventiondesNationsUniesrelativeauxdroitsdespersonneshandicapées;

  2. Vu la résolution relative à l’autisme adoptée le 11 mars 2004 par le Parlement de la Communauté française etcelle adoptée le 19 mars 2004 par le Parlement francophone bruxellois;

  3. Vu le Plan transversal Autisme adopté par la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Région wallonne et la Commission communautaire française;

  4. Considérant la mise à jour du Plan Transversal Autisme prévue en 2019;

  5. Considérant l’identification claire des mesures faisant l’objet d’un consensus professionnel en vue d’améliorerle Plan Transversal;

  6. Considérant ces mesures : renforcement des moyens pour le projet Starter de dépistage des troubles;intervention précoce intensive avant l’entrée en maternelle en créant un Centre de stimulation précoce àBruxelles; systématisation de l’élaboration d’un plan individuel d’apprentissage en concertation avec les parents et les aidants proches; renforcement des classes inclusives, au moins une par commune; amélioration de la formation de base et continue avec supervision des professionnels, et diffusion des bonnes pratiques de base;

  7. Considérant qu’en matière d’autisme, il existe une inadéquation entre l’aspiration à une réponse individualisée par rapport au vécu particulier de l’enfant ou de l’adulte ayant un trouble autistique et le volontarisme public quitend à prendre des mesures d’une portée plus générale;

  8. Considérant que les actions qui seront menées à la lumière du Plan doivent conduire à des réponses les plus individualisées possibles;

  9. Considérant que dans l’éventail des mesures à devoir prendre pour répondre aux besoins exprimés par les familles, certaines restent du ressort du Gouvernement fédéral (ex : frais de logopédie, etc.);

  10. Considérant les leçons à tirer du voyage du Gouvernement bruxellois, en novembre dernier, au Canada, afind’améliorer notre politique de personnes handicapées porteuse d’une déficience TSA et notamment la nécessité de concevoir un projet de vie et l’importance d’apporter la bonne réponse en fonction de l’âge et de laconfiguration familiale, forcément évolutive;

  11. Considérant la nécessité d’un décloisonnement qu’il faudra opérer entre la santé, le social et le handicap;

  12. Considérant l’expertise des familles, et des associations de terrain ainsi que leurs revendications;

    Dispositif

    Demande au Collège de la Commission communautaire française de :

1. S’engager à faire de la politique du handicap une priorité régionale en prévoyant une programmation del’ouverture de services adaptés et l’attribution des budgets spécifiques;

2. Pallier au manque de places dans des services adaptés pour les personnes de grande dépendance;

  1. Recenser les besoins permettant une planification de l’ouverture de services et l’affectation des moyensbudgétaires correspondants;

  2. Mettre en place des pratiques recommandées par le KCE et le CSS (Conseil supérieur de la Santé) dans tous les services subsidiés et mettre ainsi fin aux pratiques obsolètes et contreproductives s’adressant à unepopulation autiste;

  3. Plaider pour un dépistage systématique et la diffusion large de l’outil de dépistage STARTER et du M-Chat;

  4. Mettre en place un accompagnement dès l’annonce du diagnostic et une guidance parentale (une attention particulière pour les familles monoparentales);

  5. Mettre en place des programmes de formations à l’autisme et aux bonnes pratiques pour les professionnels, les enseignants et les parents;

  6. Diffuser des pédagogies adaptées à l’autisme en milieu scolaire et promouvoir une école inclusive;

  7. Créer des unités spécifiques pour les situations de crise pouvant accueillir les personnes nécessitant une stabilisation;

  8. Augmenter l’offre de répit spécialisée et de l’accueil d’urgence;

  9. Soutenir auprès de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Région wallonne une révision du Plan Transversal Autisme à la lumière des revendications des familles et des associations de terrain;

  10. Systématiser l’élaboration d’un plan individuel d’apprentissage en concertation avec les parents et les aidants proches;

  11. Mettre en œuvre un « Plan grande dépendance» et développer des plans d’action spécifique (autisme, cérébrolésion, polyhandicap), en conformité avec les bonnes pratiques reconnues;

  12. Prendre les arrêtés d’exécution du décret inclusion de la personne handicapée du 17 janvier 2014, restés en suspens;

  13. Mettre en place une révision des normes d’encadrement en tenant compte de la réalité;

  14. Demander aux autres entités fédérées de participer à la mise en place d’une étude scientifique comparative sur les méthodes thérapeutiques de la prise en charge de l’autisme de façon adaptée comme le ESDM (1), le PECS (2), l’ABA (3), TEACCH (4), etc.

La Rapporteuse, La Présidente,

Simone SUSSKIND Dominique DUFOURNY

 

 

photo : ©Harry_nl