Nouveau réseau de distributeurs de billets

Question écrite de Benoît Piedboeuf (MR) du 9 avril à Alexander De Croo, Ministre des Finances, sur le nouveau réseau de distributeurs de billets

Nouveau réseau de distributeurs de billets

Question et réponse écrite n° : 0308 - Législature : 55

 

AuteurBenoît Piedboeuf, MR (06423)
DépartementVice-Premier Ministre et Ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, et Ministre de la Coopération au développement
Sous-départementFinances, fraude fiscale et Coopération au développement
TitreNouveau réseau de distributeurs de billets (QO 4137C).
Date de dépôt09/04/2020
LangueF
Statut questionRéponses reçues
Date de délai15/05/2020
  
Question

Belfius, BNP Paribas Fortis, ING et KBC ont fait savoir par communiqué de presse qu'elles s'associent pour créer un nouveau réseau commun de distributeurs automatiques de billets. Elles entendent ainsi répondre au changement de comportement des consommateurs en matière d'utilisation d'argent liquide. Elles déclarent que ce nouveau réseau sera plus équilibré que l'actuel: 95 % de la population devrait avoir accès à un distributeur à une distance maximale de 5 km. En tant qu'élu d'une commune et d'une province très rurales, peu densément peuplées, faites de villages éloignés les uns des autres, je nourris évidemment une inquiétude quant à cette initiative privée et à sa promesse au conditionnel: "devrait avoir". 1. a) Quel cadre allez-vous recommander ou imposer à ce nouveau réseau? b) Quelle assurance aurons-nous d'avoir un distributeur par commune rurale? c) Quelle assurance aurons-nous que 95 % de la population aura accès à un distributeur à une distance maximale de 5 km? d) Quelle assurance aurons-nous d'avoir 100 % de distributeurs en accès pour les personnes à mobilité réduite? 2. N'est-ce pas 100 % de la population qui doit avoir accès à un même service de base?

  
Statut1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse    B019
Date publication27/05/2020, 20192020
Réponse

En effet, comme vous le constatez, l'argent liquide est en perte de vitesse dans les paiements. Cette tendance s'installe depuis plusieurs années, dans les pays voisins aussi, et devrait se poursuivre compte tenu des nouveaux moyens de paiement (paiement sans contact pour les petits montants, paiements à l'aide du smartphone, etc.). En perspective de l'évolution vers la société numérique, je tiens à soutenir pleinement cette tendance. Cette tendance s'est par ailleurs fortement accélérée ces dernières semaines, notamment en conséquence des recommandations sanitaires visant à privilégier les paiements électroniques, et l'on peut s'attendre à ce que cette préférence pour le paiement électronique s'inscrive dorénavant dans les habitudes des consommateurs. Je soutiens aussi les initiatives prises par les banques pour coopérer et investir dans les infrastructures permettant de distribuer des espèces aux consommateurs et ce malgré le recul déjà évoqué de l'argent liquide. Sous un angle européen, la Belgique se situe dans la moyenne européenne en ce qui concerne le nombre d'automates bancaires disponibles par millier d'habitants. Nous devons toutefois oser reconnaitre que de nos jours, la répartition (géographique) n'est pas optimale en Belgique, avec pour conséquence que l'offre est parfois plus faible dans les zones rurales. L'initiative de Belfius, BNP Paribas Fortis, ING et KBC vise justement à répondre à cette problématique et doit donc avoir toutes ses chances. Il ne me semble pas souhaitable, et cela serait probablement contreproductif, d'imposer un cadre légal. Les banques s'efforcent aussi de rendre les automates accessibles aux moins valides et je ne manquerai pas de leur rappeler leur responsabilité sociale en la matière. Quant à savoir s'il faudrait que 100 % de la population ait accès à un automate bancaire dans un périmètre de cinq kilomètres, cela me semble peu réaliste. Cela reviendrait à installer des automates dans des zones où il n'y a quasiment pas d'habitation, ce n'est pas économiquement défendable. Trouver un bon équilibre me semble primordial et le critère des 95 % me parait de plus déjà très ambitieux compte tenu du recul continu observé des paiements en liquide.