Handicap visuel : discrimination dans l'emploi

Les discriminations et le manque d’aménagements restent encore des obstacles à l’emploi des personnes en situation de handicap.

Cette année, la Ligue Braille vise le grand public et les entreprises afin de diminuer les discriminations liées au handicap visuel dans le monde du travail. "Les personnes aveugles et malvoyantes ont des compétences et donc tenez en compte et c’est important" ajoute le conseiller de la Ligue Braille, Michel Magis. 

En effet, les personnes à handicap visuel sont confrontées à plusieurs obstacles à l'emploi. 

Tout d'abord, l'accessibilité. "Ce serait d’abord une erreur de penser que les seules responsabilités doivent se poser sur l’entreprise. Effectivement, il y a des difficultés déjà, ne fût-ce qu’au niveau de la mobilité, pour pouvoir se déplacer jusqu’à une entreprise. Pensons par exemple aux entreprises qui se trouvent dans des zonings difficilement accessibles en transports en commun. Et puis, pour une personne aveugle ou malvoyante, se déplacer reste quand même une aventure, parfois un vrai parcours du combattant. Donc il y a déjà des problèmes d’accessibilité. ", explique Michel Magis. 

Ensuite, 
les aménagements raisonnables et l’aménagement de postes de travail : " Les personnes handicapées de la vue peuvent avoir des compétences au même titre que n’importe quelle personne. Elles doivent souvent, en tout cas en fonction de leur pathologie, disposer d’aménagements de postes de travail. Et parfois, ça ne se fait pas pour différentes raisons et donc c’est un obstacle évidemment important." justifie le conseiller. 

Enfin, les préjugés compliquent la tâche : " On assimile encore erronément la personne handicapée à quelqu’un qui a moins de rendement, moins de polyvalence ou bien "ça va être compliqué" termine Michel Magis.

Il existe déjà des solutions d'aménagements mais leurs coûts 
peuvent parfois effrayer les employeurs. Un préjugé selon Michel Magis : " de nombreux employeurs pensent encore que finalement, "Oui, OK. On peut imaginer que ce soit accessible, mais ça va nous coûter de l’argent. Il y aura un coût. Et puis, il y a des démarches administratives". Il faut savoir qu’au niveau de l’emploi, il y a des administrations comme Phare à Bruxelles qui interviennent vraiment d’une manière très intéressante, même souvent à 100% dans le coût de l’aménagement de poste de travail. Donc, finalement, il n’y a pas de coût à charge de l’entreprise et toute l’analyse, toutes les démarches administratives peuvent être faites par la Ligue Braille. Et donc, on décharge d’une certaine manière l’employeur dans toutes ces étapes. Et finalement, avec une bonne information, on voit que finalement, ce préjugé-là peut tomber ".

Finalement, une personne ayant une déficience visuelle intégrée dans une équipe peut véritablement apporter un plus : " Il y a d’abord les compétences. Parfois, la personne qui est là, c’est un peu un vrai moteur pour l’équipe". Et finalement, on dit, "Oui, cette personne, elle a un handicap, un handicap qui est quand même important et des difficultés parfois importantes dans sa vie de tous les jours. Et finalement, elle y arrive. Elle se bat, elle effectue un travail comme n’importe qui", et donc ça peut apporter une dynamique finalement très intéressante au sein de l’entreprise " conclut Michel Magis.