Saint-Gilles donne à une place publique le nom des fondatrices de la Ligue Braille

En ce mois d’octobre, la Commune de Saint-Gilles rend hommage à la Ligue Braille, qui fête ses 100 ans cette année.

Saint-Gilles donne à une place publique le nom des fondatrices de la Ligue Braille

Le 6 octobre, une séance officielle et une exposition d’archives de la Ligue Braille auront lieu à l’Hôtel de Ville de Saint-Gilles à l’initiative de l’échevine des Affaires sociales, Cathy Marcus. Et le 15 octobre, à l’occasion de la Journée internationale de la Canne blanche et à l’initiative de Catherine Morenville, échevine de l’égalité des chances et des droits des femmes, une place jusqu’ici anonyme prendra le nom des deux fondatrices de l’association : Élisa Michiels et Lambertine Bonjean.

 La Place Élisa Michiels et Lambertine Bonjean qui sera inaugurée le 15 octobre est une réponse à la motion « Noms de femmes » votée par le Conseil communal de Saint-Gilles en 2019. Celle-ci avait mis en exergue la quasi absence de rues et espaces publics portant le nom de femmes et la volonté de la commune d’y remédier. Accroître la visibilité des femmes dans l’espace public tout en rendant hommage à une association majeure active sur son territoire, tel est l’objectif de la Commune de Saint-Gilles.

 La Ligue Braille est très touchée par ces initiatives qu’elle dédie tout spécialement à ses volontaires, par qui tout a commencé... C’est en 1920 qu’Élisa Michiels et Lambertine Bonjean, deux femmes aveugles et bénévoles fondent la Ligue Braille. La première est masseuse à l’hôpital d’Ixelles, la seconde est une ancienne institutrice. Elles ont l’ambition de venir en aide aux personnes aveugles et rassemblent des bénévoles pour transcrire des livres en braille. Elles ouvrent ainsi une bibliothèque pour personnes aveugles et développent ensuite de multiples services.

 

100 ans plus tard, leur ambition est plus que rencontrée puisque ce sont 532 volontaires et 124 collaborateurs qui, dans tout le pays, accompagnent plus de 15 000 personnes aveugles ou malvoyantes pour se former, travailler, se divertir et vivre en toute autonomie.