Proposition de loi réglementant les professions de la santé mentale

Les députés de la Commission Santé publique de la Chambre et la Ministre de la Santé, Laurette Onkelinx, ont uni leurs efforts pour proposer un cadre légal réformant la psychothérapie et la psychologie clinique.

Si les Belges sont de plus en plus nombreux à exprimer explicitement un besoin d’accompagnement psychologique, ils avouent ignorer à qui s’adresser et hésitent souvent à se tourner vers les professionnels de la santé mentale (psychologues, psychothérapeutes, etc.) de peur de tomber entre les mains d’un charlatan. Car effectivement, le risque existe : aujourd’hui, n’importe qui peut s’improviser et se nommer psychothérapeute. Le patient n’a donc aucune garantie quant à la qualité du « thérapeute » qu’il consulte et ceci l’expose évidemment à d’éventuelles dérives qui peuvent aller jusqu’à mettre la vie du patient - déjà fragilisé - en danger.

Les députés de la Commission Santé publique de la Chambre et la Ministre de la Santé, Laurette Onkelinx, ont uni leurs efforts pour proposer un cadre légal réformant la psychothérapie et la psychologie clinique.

La proposition rencontre enfin la réalité du terrain.

Après de nombreux mois de travail réalisé en collaboration avec les professionnels du secteur, une proposition de loi réglementant les professions de la santé mentale à été déposée ce mardi 5 novembre. Cette proposition de loi est cosignée par (ordre alphabétique):

- Maya Detiege, Spa
- Wouter De Vriendt, Groen
- Catherine Fonck, cdH
- Muriel Gerkens, Ecolo
- Marie-Claire Lambert, PS
- Nathalie Muylle, CD&V
- Valérie Warzée, MR
- Lieve Wierinck, Open-VLD