Mieux soutenir les personnes handicapées mentales souffrant de troubles du comportement

Le Sénateur André du Bus vient de faire voter à l’unanimité une proposition de résolution du visant à développer la prise en charge des patients souffrant à la fois d’un handicap mental et d’une maladie mentale avec troubles du comportement.

Communiqué de presse du groupe cdH du Sénat

La résolution du Sénateur humaniste demande au Gouvernement de renforcer l’offre de soins existante, de réaliser des études pour évaluer les besoins liés au « double diagnostic » et d’aboutir à la création de lits hospitaliers spécifiques.

On estime que la Belgique compte environ 150 000 personnes présentant un handicap mental, parmi lesquelles environ 50 000 seraient touchées par des troubles psychiatriques. Leurs crises se caractérisent par leur durée relativement courte et leur violence relativement élevée. Ce sont bien sûr autant de familles qui épaulent leur proche dans ces moments de crise et qui se sentent parfois bien démunies.

Des projets pilotes de Cellule mobile d’intervention (CMI) ont été mis en place pour rencontrer les personnes souffrant de « double diagnostic » et leur entourage au sein de leur milieu de vie. Il a été démontré que ce type d’intervention permet dans 50% des cas d’éviter une hospitalisation. L’hospitalisation s’avère parfois nécessaire. Ces patients ne trouvent que rarement des lieux d’hébergement qui leur conviennent : d’un côté, les structures du secteur du handicap mental sont souvent démunies en l’absence de prise en charge adéquate en matière de soins psychiatriques. Les hospitalisations qui s’en suivent excluent parfois définitivement ces personnes de leur milieu de vie. De l’autre côté, les structures psychiatriques n’envisagent pas beaucoup le projet de vie de la personne suivie.

Actuellement, seuls deux hôpitaux ont développé une unité « double diagnostic » dans notre pays: un en Wallonie, à Manage et un autre en Flandre, à Bierbeek. Il n’existe actuellement aucune unité à Bruxelles ! Et chacune des ces unités manque d’effectifs en terme de personnel, en raison de l’inexistence de lits spécifiques.

Les professionnels auditionnés récemment en Commission des Affaires sociales avaient tous marqué leur soutien au texte d’André du Bus. Le Sénateur se réjouit donc du vote intervenu cet après-midi en Commission.

Cliquez ici pour lire la proposition (pdf) et ses amendements