Nathalie, Minner

Bonjour, Je suis très soucieuse des personnes moins valides qui peinent encore beaucoup trop selon moi à s'intégrer dans la société parce qu'elle n'est pas adaptée. Toutes les causes me touchent avec une sensibilité toute particulière pour "les maladies invisibles". Il ne me vient nullement à l'esprit de dire que les personnes reconnues moins valides ont la vie facile mais je trouve que le parcours est souvent très lourd pour les personnes atteintes de maladies invisbles. Je prends l'exemple des transports en commun : une personne en chaise roulante ne doit pas prouver qu'elle a un problème pour monter dans le bus mais une personne opérée du dos ou atteinte d'arthrose ou de fibromyalgie doit le prouver et elle ne sait pas le prouver puisque ces maladies ne sont souvent pas reconnues comme invalidantes. Au plaisir de continuer à lire votre newsletter. Nathalie Minner