Charte Handistreaming au gouvernement bruxellois

Cette année, la Région de Bruxelles-Capitale ainsi que les Commissions communautaires commune et française célèbrent la Journée internationale des personnes en situation de handicap par 2 actes importants dans la politique d'inclusion des personnes handic

1. L’adoption de l’ordonnance « handistreaming » qui offre une attention structurelle pour les Bruxellois en situation de handicap.

2. La signature de la Charte « handistreaming ». Cette charte est un engagement à prendre certaines mesures qui s’imposent afin de rendre notre capitale plus inclusive.

Le handistreaming peut être défini comme la prise en compte de la dimension du handicap dans toutes les politiques des pouvoirs publics bruxellois.

Il n’y a plus lieu de s’attendre à ce que les personnes en situation de handicap s’adaptent à leur environnement, mais bien que les responsables politiques s’attaquent aux obstacles qui compromettent leur participation à la vie économique, sociale et culturelle. Ce signal fort est un engagement à adopter, dans tous les domaines, des réglementations et mesures facilitant l’intégration des personnes en situation de handicap.

Par la présente, les gouvernements veilleront à faire de Bruxelles une région plus accessible aux personnes en situation de handicap en investissant dans l’amélioration du service au sein de toutes les compétences bruxelloises. Au lieu d’attirer l’attention sur le handicap et d’imputer la responsabilité aux personnes elles-mêmes, nous adapterons l’infrastructure pour pouvoir dépasser le handicap.

« Les personnes en situation de handicap rencontrent de nombreux obstacles afin de participer pleinement à la société, même dans une grande ville-région comme Bruxelles. Pensez par exemple à l’accessibilité des bâtiments ou encore à la consultation des sites internet publics. », précise la Secrétaire d’État à l’Egalité des Chances Bianca Debaets. « En concertation avec l’ensemble des gouvernements bruxellois, je prends dès lors une initiative législative autour du handistreaming. Je souhaite ainsi créer un levier important qui doit permettre de s’opposer à une société non-inclusive.»

«Le Handistreaming est la concrétisation du Handiplan adopté au mois de juillet dernier par les trois Gouvernements. Cet acte législatif, gage d’un engagement solennel des Gouvernements bruxellois, vise à garantir l’inclusion des personnes en situation de handicap dans l’ensemble des domaines couvert par l’action publique. L’offre de logements adaptés ou adaptables sera par exemple étendue à Bruxelles et je veillerai à l’accessibilité des parcs bruxellois », indique la Ministre Céline Fremault en charge de la matière au sein de la Commission communautaire française et de la Commission Communautaire commune. « L’inclusion nous concerne tous, c’est la raison pour laquelle nous devons relever ce défi ensemble ».

« C’est une avancée pour chacun d’entre nous que de rendre la société plus accessible à tous. Jusqu’à ce que tous ces aménagements deviennent tout simplement naturels et coulent de source. Là nous aurons réellement gagné. » précise le Ministre-Président, Rudi Vervoort.

“En 2011, nous avons créé “la maison de répit” ou la Villa Indigo. Elle sert de centre d’accueil pour des enfants gravement malades. La Maison de Répit a cette particularité qu’elle permet aux parents de prendre une pause, un temps de répit, pour s’occuper des autres membres de la famille et même de reprendre son souffle. C’est une belle initiative que de mettre à disposition les places disponibles pour les enfants en situation de handicap qui nécessitent des soins importants. », soutient le Ministre Guy Vanhengel.

« En matière de politiques culturelles et sportives, le handicap ne doit pas être un obstacle. Par exemple, tous les projets de travaux subventionnés pour des infrastructures sportives doivent prendre en compte l’accessibilité des PMR. C’est une condition indispensable. C’est grâce à des politiques transversales que nous pourrons faire évoluer la situation. Ensemble, nous travaillons à plus d’accessibilité pour favoriser une plus grande autonomie des personnes en situation de handicap », indique la Secrétaire d’État et Ministre-Présidente de la CoCof, Fadila Laanan.

« Nous souhaitons favoriser l’emploi des personnes en situation de handicap en sensibilisant et en accompagnant les entreprises dans le recrutement, la mise à l’emploi et le maintien dans l’emploi de ces personnes. Cet accompagnement passe entre autres par la diffusion des offres d’emploi auprès d’organisations spécialisées dans l’accompagnement de travailleurs en situation de handicap, l’offre de formations spécifiques destinées aux recruteurs et cadres, etc. La mise à l’emploi des personnes en situation de handicap passe aussi par leur formation professionnelle, qui sera renforcée au sein de Bruxelles-Formation, dans la philosophie du Décret inclusion. », déclare le Ministre Didier Gosuin.

« Je suis satisfait de voir le gouvernement bruxellois dans son ensemble s’engage à tenir compte de la dimension du handicap lors de l’élaboration de toutes ces politiques, lors de leur exécution et lors de leur évaluation. C’est primordial d’entreprendre des actions concrètes afin d’éliminer les obstacles. Ainsi en terme de mobilité par exemple pour la Région, offrir une mobilité aussi fluide que possible à tous est notre mission. Nous y travaillons avec la STIB et Bruxelles-Mobilité notamment en repensant les arrêts sur le réseau de surface pour améliorer leur accessibilité. Mais aussi lors des grands travaux d’infrastructure. C’est en intégrant la dimension du handicap dès la conception des projets que nous offrirons des avancées à tous. », affirme le Ministre Pascal Smet.

« C’est le devoir des gouvernements de permettre aux personnes en situation de handicap de prendre part pleinement à la vie en société. L’adoption de la charte Handistreaming sera suivie d’aménagements concrets allant dans ce sens. Dans le cadre de mes compétences, la prochaine étape sera d’analyser les possibilités d’adaptation du plan catastrophe afin que celui-ci tienne compte des différents types de handicap. », précise la Secrétaire d’Etat, Cécile Jodogne.