Toujours plus de personnes handicapées au sein de la fonction publique fédérale

Récemment, la Commission d’Accompagnement pour le recrutement des personnes handicapées dans la Fonction publique fédérale (CARPH) a publié son rapport annuel.

Il confirme la tendance à la hausse du taux d’emploi des personnes handicapées, même s’il reste encore trop faible par rapport aux prescrits légaux. Depuis 2009, la proportion est en constante augmentation : 0,9% en 2009, 1,28% en 2010, 1,37% en 2011 et 1,54% en 2012.

Parmi les « meilleurs élèves » 2012, on retrouve l’IRPA (4,16%), le SPF Défense (3,84%), la Régie des bâtiments (3,52%), l’Institut des Vétérans (3,37%), le SPF Economie (3,16%) ou encore Fedict (2,92%).

Philippe Courard, Secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées : « Ce rapport de la CARPH est toujours un moment attendu car il est à la fois un outil statistique, le reflet d’une politique menée et un outil important pour le management futur. Les résultats 2012 sont encourageants, mais ils démontrent toute l’utilité de la mesure que nous avons prise en décembre dernier, à savoir le renforcement de l’obligation de recrutement des personnes handicapées avec un objectif de 3% de taux d’emploi. L’Etat fédéral reste le premier employeur en Belgique. Il recherche un éventail large de profils. Les personnes handicapées doivent faire valoir leurs nombreuses compétences. Il faut à présent que les citoyens en situation de handicap saisissent cette opportunité et participent toujours plus nombreux aux examens organisés par l’organisme de sélection, le Selor. »

Le rapport 2012 met donc en exergue l’amélioration lente mais certaine du taux d’emploi des personnes handicapées dans la fonction publique fédérale.

Cette amélioration est due, selon la CARPH, à la conjonction de 3 facteurs:

Un accès facilité au recrutement : l’organisme de recrutement pour la Fonction Publique (www.selor.be) offre des possibilités très concrètes d’adaptations aux examens pour des candidats en situation de handicap (tests sur des ordinateurs dotés d'un logiciel d'agrandissement ou de lecture à haute voix, équipés d'une réglette Braille ou d'un logiciel destiné aux dyslexiques, intervention d'un interprète de la langue des signes, temps supplémentaire accordé aux candidats…)

En 2012, le Selor a traité plus de 1500 demandes d’adaptation. On constate par ailleurs que le taux de réussite est sensiblement le même entre les candidats, ce qui peut laisser supposer que, à compétences égales des candidats, les adaptations répondent bien à leurs besoins
o Une sensibilisation et responsabilisation accrue de l’ensemble du personnel de la fonction publique: la déconstruction des représentations sociales négatives à l’égard des personnes handicapées s’assortit d’une promotion de l’emploi des personnes handicapées, en mettant l’accent sur les compétences.

o Le développement de la flexibilité du travail qui permet de tenir compte des besoins spécifiques des personnes handicapées.

Le rapport émet aussi un certain nombre de recommandations :

· Poursuivre les efforts et les bases de travail en donnant les moyens d’actions, notamment aux cellules diversité des administrations fédérales ;
· Renforcer et articuler les missions des différents acteurs, tant publics que privés. Le Selor , les organismes de formation et de placement (Forem, Actiris, VDAB,…), les fonds régionaux d’accompagnement des personnes handicapées (AWIPH, VAPH…) doivent gagner en visibilité et informer concrètement les personnes handicapées des possibilités de recrutement. Les associations de personnes handicapées doivent également être étroitement associées à ce travail d’information ;
· Travailler sur les freins à l’emploi et la valorisation des compétences.

Hendrik Bogaert, Secrétaire d’Etat à la Fonction publique et à la Modernisation des Services publics: « La nouvelle administration publique moderne met en avant la liberté, la responsabilité et le respect. Ce sont des caractéristiques importantes que nous voulons voir chez chacun de nos collaborateurs. C’est pour cela que nous plaçons la barre très haut lors du recrutement de nos nouveaux collaborateurs. Mais, ce respect nous devons également l’avoir nous-mêmes à l’égard du candidat qui tente sa chance et qui, par conséquent, est toujours un peu vulnérable. Nous devons également avoir du respect pour les règles, car l’égalité des chances est un pilier important de notre société. Ce rapport doit nous inciter à nous améliorer encore sur le plan de l’engagement de personnes handicapées. Que les chiffres soient en hausse permanente, c’est évidemment une bonne chose. Cela va encore s’améliorer, une fois que le quota, entré en vigueur le 1er janvier 2013, aura son plein effet.»