Taxis PMR à Bruxelles quid ?

Question écrite concernant les actions menées pour améliorer la qualité du service des taxis PMR de Marc Loewenstein à Rudi Vervoort, ministre-président du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale.

Question

L’étude socio-économique de Deloitte commandée par le Gouvernement bruxellois dans le cadre de la réforme du secteur des taxis aborde la question des taxis PMR. Ils sont théoriquement au nombre de 97 mais, dans les faits, il est constaté qu’il n’y a pas assez de chauffeurs, qu’aucune formation spécifique n’est prévue pour leur permettre d’accompagner au mieux leurs clients, et qu’ils sont éparpillés entre les 7 centrales, de telle sorte que ces dernières ne disposent donc pas d’une représentation réelle de leur disponibilité puisqu’elles n’ont chacune accès qu’aux taxis PMR qui lui sont affiliés.

En conséquence, cela cause des soucis de disponibilité et de temps d’attente.

Dès lors, Monsieur le Ministre-Président, j’aimerais vous poser les questions suivantes :

  1. Qu’est-ce que le Gouvernement bruxellois peut faire à court terme pour répondre à cette problématique ?

  2. Des contacts avec des associations compétentes ont-ils été pris pour mettre en place une formation spécifique à l’attention des chauffeurs de taxis PMR ?

  3. Qu’est-ce qui est plus particulièrement mise en place pour veiller à ce que les centrales disposent d’une vue globale de l’offre des taxis PMR disponibles ? Certes, chaque centrale a ses affiliés mais il s’agit là de répondre à un service spécifique pour des clients à besoins spécifiques.

     


Réponse



J’ai l’honneur de vous adresser les éléments de réponse suivants :

1. Qu’est-ce que le Gouvernement bruxellois peut faire à court terme pour répondre à cette problématique ?

Face à l’évolution des besoins en mobilité, devant l’attention portée à l’égalité des chances ainsi qu’au vieillissement de la population, l’arrêté du 4 septembre 2003 prévoyait des conditions techniques pour les véhicules destinés à accueillir les clients à mobilité réduite des taxis.

Suite au mémorandum de la section PMR et de l’étude réalisée par l’institut VIAS au sujet des véhicules PMR, le Gouvernement a adapté l’arrêté précité en modifiant les critères techniques suivants : le poids supporté par la rampe, la ceinture de sécurité, la formation des chauffeurs (et ce compris par exemple la proposition de notice rappelant le bon usage du matériel).


Les modifications suivantes ont ainsi été apportées :

1. l’espace réservé à la chaise roulante prévoit désormais une hauteur minimum de 1,40m, 0,70 m de largeur et 1, 30m de longueur. Ces dimensions doivent être respectées sur l’ensemble de l’espace réservé à la chaise roulante.
2. le véhicule doit pouvoir assurer une hauteur libre de minimum 1.35m au niveau de la porte d’embarquement
3. le véhicule doit être équipé d’une poignée facilitant l’embarquement et le débarquement des clients ;
4. la rampe d’accès doit être équipée d’une surface antidérapante, de butées latérales, être délimitée par une bande réfléchissante, avoir un ressaut de maximum 1,5mm, avoir une largeur minimale utile de 700mm, supporter un poids maximal d’au moins 350 kg ;
5. l’ancrage au sol doit être conforme aux dernières normes en vigueur;
6. la ceinture de sécurité doit avoir 3 points d’attache et être ancrée au sol ;
7. une notice expliquant l’utilisation du système d’ancrage et de la ceinture de sécurité doit se trouver à bord du véhicule ;

Grâce à une réadaptation des critères techniques des taxis PMR (hauteur, largeur, espace destiné à la chaise roulante, rampe, etc.), les nouveaux véhicules devront à l’avenir être mieux équipés afin de répondre de manière optimale aux exigences d’un public qui mérite une offre adaptée.

2. Des contacts avec des associations compétentes ont-ils été pris pour mettre en place une formation spécifique à l’attention des chauffeurs de taxis PMR ?
Par l’intermédiaire de la Commission Régionale de Mobilité, Bruxelles Mobilité dispose de l’avis du secteur et des clients.

Mon cabinet a également été en contact avec la CAWAB - Collectif Accessibilité Wallonie Bruxelles - dans le cadre de la modification réglementaire mentionnée ci-dessus.

C’est également dans ce contexte que l’arrêté du 29 mars 2007 a été modifié afin d’étendre la formation relative à la prise en charge des personnes à mobilité réduite aux chauffeurs LVC ;

3. Qu’est-ce qui est plus particulièrement mis en place pour veiller à ce que les centrales disposent d’une vue globale de l’offre des taxis PMR disponibles ? Certes, chaque centrale a ses affiliés mais il s’agit là de répondre à un service spécifique pour des clients à besoins spécifiques.

À mon niveau, je ne peux pas soutenir les initiatives économiques des entreprises du secteur mais comme je l’annonçais l’année dernière, je suis très heureux de la mise en place de l’initiative Handycab.

Handycab, c’est le nom de la nouvelle plateforme de réservation qui a pour ambition de centraliser l’offre de taxis adaptés aux personnes à mobilité réduite. Cette application a été développée par le secteur taxi après concertations avec des personnes et des associations actives sur les questions d’accessibilité des PMR, et avec des professionnels du secteur du taxi.

Handycab s’engage à servir la clientèle PMR en priorité. L’utilisation de cette application représente un gain de temps car l’essentiel de l’offre sera joignable et disponible sans avoir à contacter plusieurs centraux pour trouver un véhicule adapté dans les meilleurs délais.

Un véritable plus quand on connait les difficultés de mobilité que peut rencontrer ce public d’usagers.

Il existe également le service TaxiBus :

TaxiBus est un service de transport de porte à porte, presté à la demande et destiné exclusivement aux personnes handicapées. C’est un service collectif. Cela signifie que si plusieurs demandes de transport peuvent être combinées, TaxiBus adaptera le trajet pour aller chercher ou déposer d’autres personnes.

Le service ne comprend pas l’assistance au déplacement, l’assistance médicale et la surveillance à l’égard des enfants ou des personnes en incapacité.

QUAND ?
Tous les jours de l'année. De 5h du matin à 1h du matin.

POUR QUI ?
Pour les personnes handicapées munies d'une attestation délivrée par le Service Public Fédéral Sécurité sociale et reconnaissant un des éléments suivants :
· une réduction d’autonomie d’au moins 12 points ;
· une invalidité permanente des membres inférieurs occasionnant un taux d’invalidité d’au moins 50%;
· une paralysie complète ou une amputation des membres supérieurs ;
· un handicap visuel dont le taux d’incapacité est d’au moins 90%;
· les enfants (jusque 21 ans) qui sont reconnus à au moins 80% ou 6 points dans le pilier 1 relatif aux allocations familiales majorées pour les enfants