Le regard des jeunes sourds, « ça claque »!

La FFSB a lancé une campagne médiatique de sensibilisation à l'aube de la période pré-éléctrorale. Cette action sera marquée par un grand événement ce 17 octobre à Bruxelles.

Le regard des jeunes sourds, « ça claque »!
La Fédération Francophone des Sourds de Belgique, dans le cadre de ses actions en tant qu’association reconnue dans le champ de l’éducation permanente et citoyenne, a réalisé, avec des jeunes sourds, et en les guidant à chaque étape, allant de leur formation, en passant par la réalisation, jusqu’au au montage final, deux spots publicitaires visant à sensibiliser le grand public sur les messages que ces jeunes ont choisi de faire passer. Ces spots sont désormais diffusés sur les télés locales et le seront sur les 3 chaînes de la RTBF aux heures de grand audimat : 
  • Le premier, intitulé « La langue des signes, une langue qui rassemble » jusqu'au  29/09.
  • Le second, intitulé « Ne faites rien sur nous sans nous », le sera du 08/10 au 14/10. 
> Le premier spot publicitaire utilise l’humour pour montrer les avantages supposés au fait d’utiliser une langue des signes pour communiquer. Son slogan « La langue des signes, une langue qui rassemble » est celui qui a été adopté par la Fédération Mondiale des Sourds dans le cadre de la Semaine Internationale des Sourds de cette année, laquelle reprend la Journée Internationale des Langues des Signes qui est fixée au 23 septembre. Cette journée a été reconnue le 19 décembre 2017 dans une résolution de l’Assemblée Générale de l’ONU.
 
Pour en savoir plus vous pouvez consulter : www.jils.be/jils/
 
Le spot publicitaire vise donc, à la fois, à sensibiliser à l’existence de la langue des signes, à informer le public du sentiment positif que partagent les jeunes sourds vis-à-vis de leur langue, et à renseigner l’existence et la reconnaissance d’une telle Journée Internationale.
 
Contrairement aux langues orales, la reconnaissance, le développement et la promotion des langues signées n’est pas encore un réflexe pour les gouvernements des pays du monde. La Journée Internationale des Langues des Signes vise à justement attirer l’attention sur leur devoir de remplir leurs obligations légales en la matière dans la mesure où ces langues sont reconnues au même titre que les autres langues orales, dans plusieurs pays. 
 
> Le second spot publicitaire, lui, met en scène l’accès, au poste de premier ministre, d’une personne sourde et dit : « Ne faites rien pour nous sans nous. ». C’est l’un des principes les plus élémentaires de la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées qui prévoit, avec son Protocole Additionnel, tout un ensemble de dispositions afin que les personnes handicapées puissent aussi s’exprimer sur les politiques qui sont adoptées à leur égard.
 
Trop souvent, les décisions qui sont prises sur les personnes sourdes ont été le fait de personnes entendantes décidant seules, sans consulter les personnes sourdes elles-mêmes. C’est souvent le fait d’un manque de communication, la surdité étant un handicap de la communication. En les oubliant, on crée un cercle vicieux qui les laisse exclues de toute participation citoyenne. Elles sont écartées, de ce fait, de la vie culturelle et intellectuelle, des débats et des décisions qui sont prises pour elles en tant que personnes.
 
Nous souhaitons faire passer ce message fort pour signifier que ce temps doit être définitivement révolu. Pour ce faire, nous invitons l’Etat belge à se responsabiliser davantage et à fournir aux personnes sourdes et malentendantes les dispositifs leur permettant de faire entendre leur voix. Ces dispositions sont essentiellement : des interprètes en langue des signes (en quantité suffisante et correctement financées) et des espaces de consultations réellement démocratiques (légitimation et soutien des associations représentatives et organes de consultation au sein des structures étatiques).
 
Pour inaugurer cette action, la Fédération Francophone des Sourds de Belgique organise une soirée au Cinéma Galeries à Bruxelles le 17 octobre.
 
Le making-of des spots publicitaires sera présenté et assorti d’une interview des jeunes qui ont fait partie du projet. Le concept du projet qui était de concevoir les spots entièrement par les jeunes, à chaque étape du processus et les raisons de ce choix seront également expliqués par la Fédération.
 
Pour en savoir plus, vous pouvez consulter www.ffsb.be et http://www.ffsb.be/campagne-ca-claque/
 
(source : communiqué de presse)