"L'oreille d'un sourd" de Philippe Garnier

Un regard “particulier” sur l’évolution d’un quotidien que beaucoup ont longtemps tenu en affection, et celle tout aussi cocasse parfois d’un journaliste au fonctionnement singulier et irrégulier.

“L’oreille d’un sourd” était le nom d’une chronique qui paraissait dans Libération durant les années 80. L’expression reflétait à la fois la vocation de dénicheur farfouilleur du journaliste, et son fonctionnement pour le moins atypique au sein d’un journal qui ne l’était pas moins. Ces “correspondances particulières” (comme les appelait le journal) étaient des articles hors norme, de longueur variée, sur des sujets variés eux aussi, comme d’obscurs festivals de cinéma, des faits divers à Los Angeles, des portraits d’écrivains oubliés et non publiés en France, des chanteurs pas encore célèbres. C’est cette relation, basée sur un qui pro quo de départ, que Garnier raconte au fil de ce livre : des balades au Wyoming dans des villes minières, une saga industrielle sur les chaussures Doc Martens, un retour sur Sunset Boulevard, un Mundial de foot au Mexique, une folle Mostra de cinéma à Venise, etc.

Biographie de l'auteur : 
Né en 1949, Philippe Garnier est journaliste et traducteur. Il a collaboré à Libération pendant vingt-huit ans, et est l’auteur de Honni soit qui Malibu (Grasset, 1996) qui traitait des écrivains à Hollywood ; Les coins coupés (Grasset, 2001) de rock, de journalisme et de termites ; Caractères (Grasset, 2006), des acteurs de rôles dits secondaires et Free Lance (Grasset, 2009) de Grover Lewis, son antihéros le plus flamboyant, précurseur du journalisme « gonzo ».

Détails de l'ouvrage : 
  • Éditeur ‏ : ‎ Grasset (5 octobre 2011)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 575 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2246747112
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2246747116
  • Poids de l'article ‏ : ‎ 680 g
  • Dimensions ‏ : ‎ 14 x 3.3 x 22.5 cm