Consolation

Thaïs est une petite fille de deux ans sans histoire jusqu’au jour où sa démarche intrigue sa mère. Les médecins découvrent alors une maladie incurable qui l’emporte en quelques mois.

Consolation

Enceinte, Anne-Dauphine apprend peu après que son bébé est atteint de la même maladie. Greffée à sa naissance, Azylis grandit jusqu’à ce que la maladie la rattrape. Elle meurt à dix ans. «  J’ai beaucoup souffert et je souffre encore. Mais j’ai appris la consolation. Ce délicat rapport à l’autre  : s’approcher, toucher, parler.  »
 
Ce livre parle de ceux qui consolent et de ceux que l’on console. Grâce à des scènes vécues, Anne-Dauphine partage ses réflexions qui touchent juste. Elle évoque ses deux filles, Thaïs et Azylis, mais aussi Loïc, son mari, Gaspard son fils aîné et enfin Arthur, le petit dernier. Son récit est aussi un bel hommage à tous les consolants  : une sœur qui vous prend dans les bras, une infirmière qui s’assoit sur le bord du lit et prend juste le temps «  d’être-là  », un peu de vernis à ongle  qui aide à aimer la vie malgré tout. Elle a le don de ces scènes courtes qu’elle rend inoubliables.
 
Anne-Dauphine Julliand sait que la souffrance se passera pas mais qu’elle peut s’apprivoiser. Quand on lui demande comment fait-elle quand elle est triste, elle répond qu’elle a un truc imparable  : elle pleure. Avec simplicité et profondeur, Anne-Dauphine nous guide sur le chemin de la consolation. Les lecteurs de ce livre n’hésiteront plus jamais à serrer dans leurs bras celui ou celle qui souffre.
« J’ai perdu mes filles. Je le dis le cœur habité par deux sentiments que l’on croit souvent contraires : la douleur et la paix. La douleur de celle qui pleure. Et la paix de celle qui est consolée. »

 

  • Broché : 198 pages
  • ISBN-13 : 979-1037502544
  • Éditeur : Les Arènes (7 octobre 2020)
  • Dimensions du produit : 13 x 2 x 21 cm
  • Poids de l'article : 260 g
  • Langue : : Français