BRUXELLES REPREND LE DÉPISTAGE PRÉVENTIF DU PERSONNEL DES INSTITUTIONS DE SOINS

Le dépistage préventif reprend pour le personnel de plusieurs institutions de soins bruxelloises. L’analyse de ces tests sera à nouveau effectuée par la plateforme fédérale.

BRUXELLES REPREND LE DÉPISTAGE PRÉVENTIF DU PERSONNEL DES INSTITUTIONS DE SOINS

Afin d’organiser au mieux ces dépistages, Iriscare a invité les institutions concernées de faire leur demande de tests via un formulaire numérique.

A Bruxelles, ce sont 1000 personnes par jour qui peuvent être dépistées préventivement grâce à l’augmentation de la capacité de testing par le Fédéral dans le cadre de la crise sanitaire. Dès lors, suite à une décision du CIM Santé prise le 5 novembre, le dépistage préventif du personnel des institutions de soins a donc repris à Bruxelles. Les institutions suivants sont concernées :

  • Les maisons de repos ;
  • Les institutions de soins et centres de jour pour personnes handicapées ;
  • Les maisons de soins psychiatriques et les initiatives d’habitations protégées ;
  • Les centres de revalidation résidentiels.

Il s’agit d’un dépistage répété des membres du personnel, chaque institution pouvant, de sa propre initiative, procéder à un dépistage préventif de son personnel au maximum une fois par mois. Ces dépistages préventifs sont mis en place afin de protéger les résidents et le personnel de ces établissements et, ainsi, limiter la propagation du virus.

Les analyses de ces tests PCR seront effectuées par la plateforme fédérale tandis que les commandes se font via Iriscare. Afin d’organiser au mieux la gestion du matériel nécessaire à ces dépistages, les institutions concernées ont été invités à remplir et envoyer le formulaire numérique adéquat disponible sur le site d’Iriscare.

« Il est fondamental que tout le personnel soit dépisté préventivement pour pouvoir protéger au mieux ces personnes, ainsi que tous les résidents des institutions. Je remercie mes collègues de la CIM santé d’avoir écouté notre demande et nous avoir laissé poursuivre ces tests PCR préventifs », a réagi le ministre de la Santé Alain Maron.

En parallèle de ce dépistage préventif, le dépistage de clusters reste d’application (par exemple, dans le cas d’un groupe suspect dans une maison de repos, le personnel et les résidents sont testés).