Le jour où j'ai rencontré un ange

Le jour où j'ai rencontré un ange
Prix Paul Hurtmans 2010.
Prix Inclusion 2009.

Depuis la mort de sa mère, Thomas vit seul avec son père, artiste-peintre. Leur quotidien triste est bouleversé par l’arrivée de nouveaux voisins. La jeune fille, Tilly, trisomique, est en effet une tornade d’affection et de gaieté qui va redonner le goût de vivre à Thomas et son père.
Au début du roman, le narrateur Thomas n’est pas terrassé uniquement par la chaleur d’un été torride, mais aussi par un deuil qu’il n’arrive pas à faire. Refusant d’aller sur la tombe de sa mère, il garde tous ses sentiments en lui : « Cette idée, je la repousse très vite dans mon coin secret, le coin à maman. Parce qu’elle fait mal. » (p. 12). Le père enfermé dans son atelier, en panne d’inspiration, ne va pas mieux. Dans ce contexte, Tilly est d’abord vue comme une intruse, et Thomas joue la simple politesse.



En additionnant des thèmes durs, on pouvait craindre la surdose chez Brigitte Minne ; il n’en est rien, l’auteur navigue sur une vague sensible sans jamais se perdre, obtenant une perle de justesse. Ce qu’on appelle un « beau roman ».





Ce livre fait partie de la sélection de Ricochet

Thèmes : Handicap, Mort/Deuil, Vie, santé, hygiène, prévention, sport