Skipcar

Skipcar
Après un accident, les paraplégiques ont la possibilités de suivre une formation à la conduite automobile et d’utiliser ensuite une automobile adaptée. Pour les motards, il n’existe rien. Constituée en juillet 2003, une association tourangelle, Skipcar, essaie, autour de son président, M. Lanneau, de faire évoluer cet état de fait. Pour cela, elle a réalisé, avec l’une des rares motos automatiques fabriquées en Europe par Moto Guzzi, un side-car qui permet aux motocyclistes handicapés de retrouver les joies de la moto.


Actuellement, l’association intervient bénévolement dans les centres de rééducation de toute la France, auprès des personnes accidentées qui lui en font la demande pour un essai en circuit fermé. Cinq véhicules semblables pour avoir la possibilité d’intervenir partout, dans une France organisée en cinq régions. Elle espère ainsi peu à peu sensibiliser la population à ce problème et obtenir un jour la possibilité, pour les motards accidentés, de conduire à nouveau sur des véhicules adaptés.


Samedi et dimanche, elle avait réuni quatre-vingts de ses sociétaires, venus de toute la France, à Ingrandes-de-Touraine. L’association, qui sert aussi d’intermédiaire enftre les demandeurs et les associations sportives, réalise actuellement un site Internet(skipcar.jexiste.fr) en collaboration avec les élèves du collègeAnatole france de Tours. Elle est ouverte à tous et l’adhésion est de 10 €.


« vivre sans moto, c’était impossible. mon side, c’est une partie de moi même, une sensation de liberté à partager. ». La gueule burinée, maxillaires en avant, les avants bras noueux et tatoués, Philippe Lanneau (dit Skip) rivé au guidon de sa machine, nous reçoit dans son fief, Tours.
Skip a une histoire particulière et un rapport presque charnel avec la moto.
Motard « depuis le tricycle », il se fait bousculer à l’arrière, par une voiture à 40 km/h ; « comme quoi, ça arrive pas qu’avec la vitesse » raconte-t-il. Pendant son année de rééducation, il ne pense qu’à ça : remonter sur une machine, même paraplégique .et lui, son dada, c’est Harley Davidson.
Voilà donc notre briscard embarqué jusqu’à Tucson (ARIZONA) qui se présente en 1982 au siège de la marque mythique l'usine Bart Manufacturing à Milwaukee (Wisconsin) pour acquérir un moteur! Avec le soutien et l’aide d’Harley Davidson, Skip peut revenir chez lui, un moteur 1340 cm3 dans la soute et une idée fixe en tête : construire SON propre side, unique.
Les finances à zéro, Skip gardera sous son lit ce moteur pendant une année « je l’astiquais au moins deux fois par semaine, j’étais comme dingue ». Commence alors le travail sur le chassis et une année plus tard, Skip peut enfin l’enfourcher : la première Skipcar Harley était née !
Skip parcourra l’Europe (Allemagne,Italie,Hollande, Suisse, Belgique.& outre Atlantique les USA de Floride en Californie) avec sa belle jusqu’en 1996, année où il la revend : « j’étais trop jeune pour une Harley. faut dire que c’est plutôt une machine pour faire les terrasses de café et les sortie d’école ! » ; il pense alors à faire partager sa passion et l’esprit motard. C’est ainsi qu’est née l’association Skipcar. Autour d’une autre machine unique, Skip donne ou redonne le goût de la moto dans les centres de rééducation, les hôpitaux ou tout particulier le lui demandant. La moto ? une Guzzi 1000 Convert 1977. Cette machine - il n’en reste que 4 exemplaires en France - avait été commandé par la police américaine. La transmission de l’énorme bi-cylindre étant automatique, cette machine permettait aux motards d’avoir une main libre. « c’est en fait une grosse mobylette, qui se prend en main très facilement. » Skip, avec l’aide de Frantz Dion, prothésiste orthopédiste au centre de Bel Air, adapte un side (de la dernière guerre mondiale !) à la moto remise en état ; quelque mois de travail, contact, et voilà ! le pout pout caractéristique de la Guzzi se fait entendre à nouveau.
Skip a entamé une année de tournée dans les centres de rééducation en France « pour faire découvrir cette machine incroyable et revoir le smile sur le visage de ceux qui l’essayent ! ».. Tous les amateurs sont évidemment conviés !!